St-Jean: tollé au défilé

Le fait de travailler au Rockfest à Montebello pendant une fin de semaine est un moment particulier pour moi parce que c’est l’une des rares périodes de l’année où je suis coupé du monde pendant trois jours. Pas de journaux, pas d’internet et, par conséquent, pas de médias sociaux. À mon retour, je constate que nous sommes dans une sorte d’après-tollé au sujet d’un élément controversé du défilé de la St-Jean à Montréal. Le défilé, pour ceux qui étaient dans la même situation que moi ou qui ont passé du temps en vacances dans une caverne, comprenait Annie Villeneuve, chanteuse blanche, qui chantait sur un chariot poussé par de jeunes joueurs de football noirs vêtus d’habits beiges. L’image en a choqué plusieurs.

Les diverses discussions qui ont suivi sont typiques de 2017. À en croire ceux qui étaient là, ce fut un véritable bombardement sur les médias sociaux (je le dis ainsi parce qu’encore une fois, je n’y étais pas). Ensuite, après qu’une partie de la poussière soit retombée, on voit deux points de vue ressortir. D’un côté, nous avons ceux qui persistent à dire que le tout était problématique. De l’autre, nous avons ceux qui présentent l’affaire comme une tempête dans un verre d’eau symptomatique de notre époque, où les réseaux sociaux servent de foutoir à premières impressions irréfléchies.

Une mise au point s’impose, je crois. Sommes-nous en présence d’une tempête dans un verre d’eau? Non, ou du moins, pas complètement.

Qu’on utilise le bon vieux dicton voulant que le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions ou qu’on dise simplement que la valeur d’une action doit être évaluée non seulement en fontion de l’intention initiale mais aussi de son impact, il n’en demeure pas moins que le résultat n’était pas reluisant. On attache peut-être trop d’importance aux symboles, mais reste que celui-là était fort. Je réitère ce que bien d’autres ont déjà dit: personne n’accuse les organisateurs d’être racistes. Par contre, l’examen de l’intention, que Mario Girard de La Presse décrit de façon un peu simpliste comme le fait “d’aller au fond des choses”, ne saurait complètement exonérer les organisateurs de ce qui s’est passé.

Je pense que Stéphane Morneau, auteur du billet paru dans Urbania, a raison lorsqu’il écrit ceci:

Les bonnes idées et les bonnes intentions, ici, n’ont pas empêché la projection d’une image problématique qui aurait dû être détectée avant le départ de la parade. Ça ne prenait qu’un regard alerte, une personne compatissante, pour que ce char allégorique ne prenne pas le clos dès sa première apparition.

Bien sûr que l’intention noble rend la chose moins grave; notre réaction collective n’aurait pas été la même, j’ose l’espérer, si le but avoué de cet élément du défilé avait été de faire pousser le chariot d’une blanche par des noirs. Cependant, scrutez attentivement la réponse des organisateurs par le biais de leur fil Facebook:

[Mise au point] Un court extrait du Défilé de la Fête nationale qui circule présentement sur les médias sociaux a choqué plusieurs personnes. Nous en sommes profondément désolés. Nous tenons cependant à faire cette mise au point : puisque notre Défilé se veut écoresponsable, tous les chars allégoriques sont poussés par des citoyens plutôt que d’être motorisés.

Cette année, nous avons fait appel à l’Association pour la persévérance scolaire et aux jeunes de l’équipe sportive de l’École secondaire Louis-Joseph-Papineau pour relever ce défi.

Il va de soi que ces jeunes – qui étaient fiers de participer à l’événement – n’ont pas été choisis en fonction de la couleur de leur peau.

Ce n’est pas, contrairement à ce qu’affirme erronément Morneau, un rejet total de la faute. Reste que j’aurais apprécié, et je pense ne pas être le seul, que les excuses aient été faites un peu moins par la bande. Je proposerais ici quelque chose d’aussi banal que de mettre les mêmes informations, mais de finir avec ceci: “Cependant, nous comprenons que l’image projetée puisse avoir choqué certaines personnes et nous nous en excusons.”

C’est con, hein? Mais je pense que cela aurait nettement moins donné l’impression que les organisateurs refusent la responsabilité pour ce que nous avons vu lors du défilé. Je mets l’accent sur le mot “organisateurs” parce que, quand Mario Girard nous parle du fait que les concepteurs de costumes n’auraient jamais pu prévoir que les jeunes qui pousseraient le chariot seraient noirs, c’est vrai, mais quel rapport? Personne ne fait de reproches aux costumiers.

Il serait bien, en revanche, de cesser les comparaisons entre cet incident et le “blackface” de Mario Jean d’il y a quelques années. Peut-on s’entendre sur le fait que le blackface est une caricature des noirs reconnue à juste titre comme méprisante, méprisable et dégueulasse depuis maintenant assez longtemps? Si oui, on pourra également s’entendre sur le fait qu’il n’y a aucune comparaison possible entre l’un des grands symboles racistes de tous les temps et une erreur un peu maladroite dans l’organisation d’un défilé.

Au final, je critique surtout la forme des excuses, qui, en donnant l’impression qu’on les enterrait sous le renchérissement à propos de l’intention de mettre de l’avant la diversité québécoise, rajoutaient une maladresse à celle qui avait déjà été commise.

Les fameux réseaux sociaux

Il y a cependant un aspect de cette polémique qui devrait quand même nous faire réfléchir. Je parle bien sûr de notre usage collectif, souvent stupide et par moments carrément irresponsable, des médias sociaux. Ces derniers sont effectivement devenus l’ultime univers de non-responsabilité, l’équivalent intellectuel d’un “punching bag”, le parfait réceptacle à venin des gens qui carburent à la complainte et à l’indignation. Ces gens-là sont en partie responsables du fait que plusieurs ne voient dans cette polémique qu’une tempête dans un verre d’eau.

J’en reviens toujours à la fable du Garçon qui criait au loup. À la fin de l’histoire, le loup se pointe effectivement le bout du nez et, pour des raisons évidentes, personne n’accourt à ce moment-là pour sauver le garçon. Sachez donc que si vous avez trouvé ladite section du défilé problématique et que vous êtes déçu de voir que certains croient qu’il n’y a rien là, vous pouvez remercier ces milliers de morons qui vomissent tellement de conneries sur les médias sociaux qu’ils ont rendu plusieurs d’entre nous complètement blasés par rapport à toute plainte, légitime ou pas, qui part de Facebook, Twitter et al.

Si le tollé au défilé peut en faire réfléchir certains sur leur usage frivole des médias sociaux, il n’y aura pas eu que du négatif dans cette histoire. Mais j’en doute.

Advertisements

Create a free website or blog at WordPress.com.