Le Dick Cheney des lois baîllon

C’est quoi, ce titre? Vous vous rappelerez bien la belle époque de l’administration Bush aux États-Unis et du grand moment où un Dick Cheney vraisemblablement paqueté comme un camion de déménagement avait, par inadvertance, tiré son ami au visage lors d’une partie de chasse à la caille. Je vous parle de cela parce que c’est ce qui me vient en tête quand je regarde la loi baîllon que vient de passer la CAQ pour renforcer, nous dit-on, la laïcité au Québec. Comme Cheney, cette loi rate sa cible et en frappe d’autres.

Maintenant, qu’on se le tienne pour dit. Il n’y a peu, voire aucun, type de collections d’idées que je déteste plus que la religion. Je déteste la religion. Déteste, déteste, déteste ça. Je pense qu’on serait vachement mieux foutus en tant que race humaine si on s’en débarrassait complètement. Et je pense aussi que, tant qu’à parler “des vraies affaires”, autant se dire que, bien qu’il y ait un côté nocif à toutes les religions étant donné les lubies qu’elles enseignent à leurs fidèles, elles ne sont pas toutes aussi toxiques les unes que les autres à tout moment. J’aurais donc un préjugé favorable envers toute loi qui renforce la séparation entre la religion et l’état et/ou qui diminuerait à moyen et à long terme l’influence de la religion dans notre société. Sauf que…

Est-ce qu’on pense vraiment que c’est ce genre de loi qu’on vient de passer? Je ne sais pas ce qui m’a donné ce pouvoir, mais je sais reconnaître une loi cynique et cosmétique quand j’en vois une. C’est le genre de loi que passe un gouvernement cynique qui comprend que l’air du temps est aux solutions simplistes pour les problèmes complexes et qui propose ce genre de pseudo-solution comme arme d’abrutissement massif contre sa propre population. Ce qu’on vient de voter, les amis, dans les faits, c’est un droit pour ceux (et leurs enfants) qui n’aiment pas les voiles religieux féminins d’en voir moins. C’est tout.

On me répondra que le hijab, c’est l’oppression de la femme. On me répondra que c’est un symbole fort. Justement, parlons-en des symboles. Je trouve qu’on a tendance à surestimer leur importance, bien qu’ils ne soient pas insignifiants. Alors, regardons celui-là. Est-ce que je crois à la notion du port du hijab comme symbole d’empowerment, comme on nous le présente parfois ces jours-ci? À grande échelle, non. À grande échelle, j’en pense la même chose que ceux qui trouvent que la CAQ fait une bonne affaire. Sauf que… Il y a deux autres choses que je crois.

Primo, si vous voulez me sortir l’argument de la pente glissante de l’endoctrinement (permettre le hijab, c’est le normaliser. Le normaliser, c’est normaliser les idées qui le sous-tendent, et ainsi de suite), vous avez encore toute votre job à faire pour me convaincre que cette loi fera diminuer le risque d’endoctrinement des jeunes et l’oppression des femmes qui le porteraient autrement au boulot. Parce que l’endoctrinement, lorsqu’il a lieu, tient à beaucoup plus qu’un symbole et que vous ne pouvez pas prétendre être sérieux dans votre volonté de l’enrayer si vous ne tenez pas compte de cela. Qu’est-ce que je veux dire, concrètement? Deux choses. 1) Pendant que, mettons, Fatima, enseignante bienveillante, ne pourra plus enseigner parce qu’elle fait le choix de garder son voile, Younes, lui, le prof musulman masculin qui, mettons, déciderait de faire du prosélytisme auprès de certains de ses élèves qu’il juge plus réceptifs, pourra s’en donner à coeur joie pour autant qu’il s’habille comme tout le monde parce que C’T’UN GARS. Qu’est-ce que cette loi boboche va faire pour arrêter Younes, qui perso, me fait vachement plus peur que Fatima, même si c’est elle qui porte le voile? Que dalle. Vous allez avoir besoin de plaintes de parents pour le coincer et, si ça arrive, la jurisprudence canadienne a déjà déterminé qu’il ne pourra avoir gain de cause en invoquant la liberté d’expression et, en toute logique, la liberté de religion pour se défendre (dans l’arrêt Keegstra, si je ne m’abuse). Pas besoin de nouvelles lois pour ça. 2) Mettons qu’on accepte qu’elle a un mari qui correspond au stéréotype du patriarche misogyne oppressant, vous pensez que Fatima sera moins opprimée par son mari si elle est contrainte de rester à la maison, vous? Poser la question, c’est y répondre. Au mieux, vous risquez de la condamner à la précarité; au pire, vous la condamnez à passer ses journées cloîtrée dans l’univers toxique que vous dites craindre pour elle. C’est contre-productif, votre affaire. Je ne suis pas nécessairement un absolutiste des droits, mais je n’aime pas en retirer aux gens quand les soi-disant bénéfices du fait de le faire sont illusoires. Mais, ça, la CAQ le sait et fait le pari que vous ne le réalisez pas. Là d’où je viens, on appelle ça prendre quelqu’un pour un épais. Comme dirait l’autre, je le prends personnel.

Secondo, et parlant de contre-productif, je crois aussi que les gens laissent tomber des idées chaque jour, mais que cela se produit par voie de raisonnement et non de coercition. La religion ne fait pas exception; la raison vient à bout des croyances religieuses de quelqu’un chaque jour. La coercition n’a pas une aussi bonne feuille de route. Au contraire, je pense que la personne qui se sent attaquée se refermera sur elle-même et sera moins réceptive à la réforme/au rejet de ses propres croyances. Comme je disais, contre-productif.

Une dernière chose. À mes amis qui appuient le PL-21, je ne vous reproche pas vos intentions, je ne vous traite pas de racistes comme le font certains énervés de la gauche. Je fais valoir que cette loi est problématique, non seulement parce qu’elle ne remplira pas les objectifs qu’elle prétend se fixer, mais parce que, dans les faits, elle ne vise même pas lesdits objectifs et qu’elle risque d’avoir des effets pervers en bonne quantité. Je veux bien qu’on ne puisse faire d’omelette sans casser d’oeufs, mais ça me pose problème de casser des oeufs si on ne fait pas d’omelette. Ce que je vois, c’est un gouvernement caquiste qui regarde l’administration Trump non pas pour faire CE qu’elle fait (non, je ne dis pas que Legault = Trump) mais pour faire COMME elle fait. Autrement dit, elle vise non pas les bonnes politiques qui correspondent à ses valeurs, mais les “policy wins”, c’est-à-dire des politiques qui galvanisent sa base. C’est vachement cynique et c’est légiférer de manière fichtrement cavalière sur un sujet que l’on a contribué à rendre aussi sensible. Ce que la CAQ prouve avec cette loi, ce n’est pas qu’elle est facho, mais qu’elle est insouciante et, par le fait même, irresponsable. Et qu’elle vous prend pour des simplets en vous présumant incapables de nuance et de complexité dans votre réflexion politique. Ce serait dommage de lui donner raison. Turp out.

Advertisements

Create a free website or blog at WordPress.com.