Charlie Hebdo, CBC et mon 7 janvier 2015

Au-delà du caractère intrinsèquement choquant d’un attentat meurtrier comme celui survenu au Charlie Hebdo, on peut faire ce que beaucoup ont déjà fait, c’est-à-dire dénoncer l’atrocité des gestes posés, proclamer haut et fort l’importance de la liberté d’expression ainsi que notre détermination à ne pas nous laisser intimider par une telle barbarie. Certes, des témoignages comme celui de Philippe Val, ancien directeur de Charlie Hebdo, sont touchants. Toutefois, les mots (ou les dessins d’ailleurs) ne sont que cela s’ils n’inspirent rien d’autre que des voeux pieux. Voilà quelque chose que les défunts employés de Charlie Hebdo avaient compris. C’est pour cela qu’ils sont demeurés défiants jusqu’à la toute fin.

Nous avons beaucoup entendu, le jour de l’attentat meurtrier, les politiciens parler de l’importance d’être vigilants. Bien dit. Je me permets toutefois d’espérer que la fureur que nous ressentons à voir l’expression réprimée par la violence poussera notre vigilance plus loin. Plus spécifiquement, je souhaite qu’elle nous mène à faire preuve de la même méfiance à l’endroit des tactiques de censure plus subtiles et, lorsque nous sommes témoins de ces tactiques, de la même fougue que celle manifestée aujourd’hui.

C’est assez mal parti. J’apprenais, par le journaliste Steve Rukavina, que la CBC a décidé de ne pas diffuser les caricatures du Charlie Hebdo. Le motif: on ne voulait pas, nous dit-on, offusquer la population musulmane canadienne. J’étais à la fois amusé et indigné de voir Rukavina, sur Twitter, réduit à dire que la décision n’était pas la sienne et qu’elle émanait de ses patrons.

Pour moi, la décision de la CBC est lâche et indéfendable. Ses journalistes ont passé la journée à nous dire que l’atrocité du Charlie Hebdo ne représente pas la majorité des Musulmans. D’accord là-dessus, mais cet énoncé me ramène à une question qui ne revient pas assez souvent à mon goût: qu’est-ce qui distingue les musulmans de cette majorité dont il est souvent question des fondamentalistes comme ceux qui ont abattu les gens de Charlie Hebdo? Je ne vois qu’une possibilité, c’est-à-dire que la majorité des musulmans ont choisi de pratiquer leur religion à la carte, ignorant les diktats barbares, datés ou autrement incompatibles avec la vie en société civile. Et pourtant, la CBC a déterminé que la valeur journalistique des dessins était moins importante que le fait d’épargner les sentiments des musulmans canadiens…

Pourquoi? Au nom de qui parmi eux? Neil MacDonald de la CBC le dit sans détour: le sujet est trop radioactif. Il ajoute que les médias de masse acceptent de diffuser du contenu qui taquine toutes les autres religions, mais pas l’Islam.

Voilà qui nous confirme que cette décision est à ne pas confondre avec le simple acte de courtoisie. C’est d’abord infantiliser les musulmans canadiens d’un point de vue émotif que de penser qu’ils sont incapables de voir des caricatures sans innonder la CBC de plaintes, de poursuites ou pire. De plus, les musulmans qui ont accepté les idéaux démocratiques et constitutionnels canadiens, sans bien sûr qu’on exige d’eux d’être complètement à l’aise avec le contenu des caricatures, pourraient accepter qu’elles consistuent un élément clé du reportage sur la fusillade dont elles sont le motif et par conséquent qu’on les montre, non?

Et ceux qui voudraient me répondre que ce n’est que des Islamistes que la CBC a peur n’aident pas leur cause. Soit la CBC nous ment en plein visage pour éviter de dire carrément qu’ils craignent des réprésailles islamistes (raté puisqu’encore une fois, Neil MacDonald l’a admis), soit la CBC est sincère dans son intention de ne pas offusquer les musulmans et est moins convaincue qu’elle ne le laisse paraître de leur émancipation constamment évoquée par rapport aux passages plus lubiques du Coran. Ou les deux. La voilà bien, la réelle insulte aux musulmans modérés.

Ce navrant épisode me ramène donc à l’un des premiers songes que je me suis permis une fois l’horreur de l’instant quelque peu estompée. Certes, il faut se méfier de la possibilité d’un attentat violent et être aux aguets. Cependant, nous dépendons surtout de nos forces de l’ordre pour nous protéger de ceux qui attaquent notre appareil démocratique de l’extérieur. Ce qui est en notre pouvoir et qui, à mon sens, est de notre devoir, c’est de rester à l’affût de ceux qui chercheraient plutôt à l’attaquer de l’intérieur en retournant contre nous nos institutions démocratiques et judiciaires. De dénoncer vigoureusement ceux qui, abusant des limites trop expansives à mon goût de la liberté d’expression, tentent de mettre leur religion à l’abri de la critique. Et enfin, surtout, d’éviter d’être cléments avec ceux qui nous semblent déterminés à s’offusquer.

Quand à ce dernier élément, un de mes idoles, Christopher Hitchens, relève d’ailleurs son caractère problématique. Après les incidents au Danemark en lien avec les caricatures du Jyllands-Posten, il écrivait ceci (ma traduction) :

“j’ai fait une apparition à CNN, qui était si terrifiée de représailles potentielles qu’elle a pixelisé les dessins que ses téléspectateurs avaient besoin de voir. Et cette peur ignoble à Atlanta émanait d’une illustration dans un petit journal scandinave dont personne n’avait entendu parler! N’est-il donc pas clair que ceux qui sont déterminés à être “offusqués” découvriront une provocation quelque part? Nous ne pourrons jamais suffisamment nous ajuster au goût des fanatiques, et est dégradant le simple fait d’essayer.” (Pleine chronique de Hitchens en anglais disponible ici.)

Pour ma part, j’avais abordé la question lorsqu’une poursuite par une école musulmane de Montréal contre Djemila Benhabib m’avait mis en rogne. Cette mauvaise humeur m’avait poussé à écrire ceci:

Donner aux gens le droit de s’offusquer, c’est-à-dire le pouvoir de citer leur offusquement comme argument, est un luxe que nous ne pouvons pas nous permettre. La protection de la liberté d’expression et même de la liberté de religion dépend de la diminution maximale des tabous, tant de leur teneur que de leur nombre. Le fait que les propos de Djemila Benhabib fassent l’objet d’une poursuite nous montre à quel point certains individus sont prêts à utiliser nos institutions, sensées nous protéger du totalitarisme, pour nous imposer leurs tendances totalitaires. Peut-être le fait de donner à ces gens le droit de s’offusquer donne-t-il bonne conscience à notre société, mais l’affaire Benhabib nous montre que d’accorder ce droit représente un choix toxique et potentiellement fatal pour nos valeurs démocratiques.

Il n’est pas nécessaire de mépriser les pratiquants d’une religion, dont la personnalité et la vie sont souvent bien trop riches pour se résumer à la simple foi religieuse, pour décrier le réflexe que peuvent avoir nos sociétés d’accorder aux religions le droit au prosélytisme tout en accédant à leurs demandes d’être protégées de la critique. À aucune autre institution ne donnons-nous ainsi le beurre et l’argent du beurre. Et à mon sens, aucune institution religieuse n’a fait quoi que ce soit pour le mériter. J’admire les défunts membres de Charlie Hebdo non pas pour le détail de chacune de leurs caricatures, mais pour le fait qu’ils aient compris cela. Et bien sûr parce que ce sont les excès de ceux qui revendiquent ce double-privilège dont le journal se moque, pas des pratiquants en général.

Ce qui me ramène à la saga en l’apparence anodine de la décision de la CBC de ne pas montrer les caricatures. Je faisais référence à l’admission de Neil MacDonald à l’effet que les médias de masse n’aspirent pas à être Charlie. Retournez voir son “édito” plus haut. Écoutez attentivement sa dernière phrase. Pour ceux qui ne parlent pas anglais, grosso modo: “J’aimerais que des voyous et des meurtriers ne puissent pas intimider des membres de ma profession. Mais je ne suis pas naïf à ce point-là.”

J’admire sa candeur, mais le tout ne m’est pas moins désolant. Et ce qui m’a davantage déprimé a été d’aller consulter son compte Twitter, où de nombreux journalistes semblaient prendre son constat pour des paroles de sagesse. S’il est empreint d’une lucidité certaine, le propos de MacDonald n’en est pas moins symptomatique d’une capitulation. Peut-être celle-ci est-elle le produit de l’expérience, de la frustration ou d’un réalisme résigné qui s’installe après avoir passé suffisamment de temps dans les coulisses de la “business” du journalisme. Peut-être viens-je de passer 1 400 mots à être excessivement dur avec la CBC étant donné les circonstances. Mais je ne la critique pas parce qu’elle ne tente pas d’être Charlie Hebdo dans la forme; pas sûr que ce serait souhaitable. Sauf que si elle n’essaie pas ne serait-ce qu’un peu d’être aussi animée, sceptique, critique que CH sur le fond, même par rapport à l’Islam, il y a déjà de quoi s’inquiéter. Si, en plus, elle multiplie, de son propre aveu, les déplorables démonstrations d’auto-censure comme celle d’aujourd’hui, force est de constater que les meurtriers de Paris, à bien plus grande échelle que ce qu’ils pensent, ont déjà gagné.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: