Top 5, bottom 5 in the first round of the 2013 NFL draft

This is not a sexy draft. As far as I’m concerned, it’s not even a very good one. But there is some depth to be added in the next two days and all this will be interesting to follow. In the meantime, here are, off the top of my head, the five best and worst picks in the first round of this year’s draft. Keep in mind that the context in which the pick was made (reach, bargain) counts for a lot, as well as system fits. I’ll have a lengthier recap coming up.

The best

5. Eric Reid, S, LSUPicked by the 49ers at 18th overall

I like this pick for three reasons. First, he was THE player the 49ers needed after losing DaShon Gholston to the Bucs in free agency. Secondly, they were aggressive in moving up to the 18th spot to get him. Finally, they were absolutely right to do so because the Bengals were absolutely going to take Reid one pick later had he still been there. The Tyler Eifert pick tells us this. The Bengals just took the best guy on their board because the one they really wanted was snatched right from under their nose (funny how that happens often to the Bengals… my dad, a Bengals fan, was freaking out…)

Reid is an all-around player who should work great for a 49ers secondary that started getting decimated after Justin Smith got injured, which caused Aldon Smith to disappear which caused the 49ers pass rush to go M.I.A. in the playoffs. He’s a more balanced player, like Gholston was, and should allow the Niners’ secondary to avoid missing a beat.

Get used to the 49ers, people, because they aren’t going away. Jim Harbaugh and co. really, really know what they’re doing.

4. Luke Joeckel, OT, Texas A&MPicked by the Jaguars at 2nd overall

I see a few geniuses on Twitter saying the Jags didn’t need him. Who are they kidding? This is the team that hasn’t had decent pass protection since Tony Boselli was playing left tackle for them. People are talking about Blaine Gabbert as a bust. Well, where has the protection been? Playing quarterback for this team has been like being sentenced to death by firing squad: the bullets are coming at you from everywhere.

Besides, are we sure he’s playing right tackle? I’m not. Eugene Monroe is OK, but he’s not an upper echelon tackle (good thing he too was a Top 10 pick) and could be better on the right side. Sad that Eben Britton struggles so badly with injuries. I liked that guy. But I digress. As I said on Facebook and Twitter when the Chiefs chose Eric Fisher over Joeckel (bad start, Coach Reid…), 2 + 2 = Jags have to take Luke Joeckel.

Sure, the pass rush needs some work, but I don’t care what anybody says, there wasn’t a pass rusher worth taking at 2. And don’t give me Dion “No-Technique-All-Athleticism” Jordan. So he would have been an ideal candidate for the Bandit position the Jags will probably feature if Gus Bradley brings the Pete Carroll schemes over from Seattle. You need a guy who can cover and rush the passer playing that spot. I get that. However, he would have been a massive reach by my standards and isn’t the kind of sure thing you NEED to take when you’re drafting second overall. Hint: You might actually see Jordan’s name pop up a little later in this post.

But even beyond all that, I’ve been watching this league for too damn long. Here are two things I know:

  1. When you’re as bad as the Jags, you ALWAYS take the best player available (unless you have a franchise QB; don’t take another one) because odds are every position on the team can be improved. You especially want to do so when you are (a) drafting second overall and (b) in a position to take a bona-fide Top 5 pick in a draft so short on them.
  2. Take care of your big men. What is it with these teams acting like you can build an offensive line with dudes you pluck off the streets? The offensive line is the foundation of your team. Without them, Maurice Jones-Drew gets far too familiar with the physiotherapists, and whoever plays quarterback winds up eating grass, staring at the sky too often and using lots of those back patches Shaq advertises for.

Last thought for this pick: Don’t look now, but with MoJo Drew’s last year or two of high level football, nice bookend tackles and the duo of Cecil Shorts and Justin Blackmon at receiver, the Jags are gathering some pieces offensively. Lots will be decided by whether they give Blaine Gabbert another year (which I would) or take Geno Smith when drafting resumes tomorrow. Regardless, I LOOOOOVE the Joeckel pick for the Jags. Go ahead! Call me a homer! I WILL NOT BREAK! In fact, I thought long and hard about ranking this pick higher. 

3. Dee Milliner, Cornerback, Alabama. Picked by the Jets at 9th overall 

After the Darelle Revis trade (about which the Bucs are still howling with laughter, by the way), the Jets had two first rounders and managed to place one on each division of this column. This is the good one. It was also a complete no-brainer from a drafting standpoint. Milliner was the best player left on the board at a position where the Jets had just traded the best player in the league.

Milliner might not be Revis, nor should anyone expect him to be, but he should be a building block for years to come on the Jets’ defence. Moreover, he comes with the added benefit of allowing the Jets to avoid having to start Kyle Wilson, whom I liked coming out of Boise State, but whom I’ve also seen get burnt like a set of picture-less books at a Sarah Palin family gathering far too often. Nonetheless, I love this pick for the player, the position of need, as well as for the fact that the Jets just sat there and let the perfect fit fall right into their lap.

2. Star Lotuleilei, DT, Utah. Picked by the Panthers at 14th overall

Lotuleilei is not my kind of defensive tackle, but if he’s healthy, he’s a steal for the Panthers. He’s not as big as fellow Samoan Haloti Ngata, but he plays a lot like him and will do great work to help fix a Panthers run defence that could barely have looked worse had you replaced the opposing team’s running backs with actual Hummers.

Lots of people had a 3-technique going there (mostly Sheldon Richardson), but Lotuleilei is a better fix for the Panthers’ problems, and he figures to instantly help Luke Kuechly and Jon Beason face less traffic. Not a big fan of the player, but he could be a serious steal for Carolina here.

1. Jarvis Jones, OLB, Georgia. Picked by the Steelers at 17th overall

One of my Twitter follows said it best: “Jones is the kind of player bad teams pass on, and great teams turn into Pro Bowlers.” And once again, here come the Steelers. Jones had some medical concerns and he tested badly during workouts. I hate workout season; it’s when teams outsmart themselves out of taking a guy like Jones. As for the medical concerns, I trust the Steelers did their homework because those were, of course, legitimate. But once again, the Steelers were smart enough to go back to the film and see a player push SEC competition around as though he were still playing high school ball.

Watch the film. The speed, the burst, the takeoff, the moves, the technique, the intelligence. He has it all. But NFL teams are prone to forgetting that after a bad 40. He’ll make them pay.

The worst

5.  Dion Jordan, OLB/DE, Oregon. Picked by the Dolphins 3rd overall

So let me get this straight. You let Jake Long go, betting that he’s damaged goods. You’re going into 2013 with a second-year QB in Ryan Tannehill, who didn’t exactly play mistake-free football as a rookie. Eric Fisher and Luke Joeckel just went with the first two selections. And your pick, which you gained after leapfrogging the Eagles, who need a left tackle uber badly, is not Lane Johnson? Are you serious?

And you’re going to take Jordan instead? Don’t get me wrong. Jordan is a sweet-looking athlete, but his technique is limited, and I’m not certain he’ll get away in the NFL with being the one-trick pony he was in college. The technique required to succeed in the NFL just isn’t there. Moreover, last year, you committed some pretty significant money to Cameron Wake to take care of the pass rush. I fail to see the logic in that move, and I still find their pass protection, after losing Long, should have been the priority here. And it’s especially striking to see them go for a guy who remains much more of an athlete than a football player at this point. You need sure things at third overall, and you should have one in mind when you come up to pick at that spot. If I were Ryan Tannehill, I’d be biting my nails.

4. Travis Frederick, C, WisconsinPicked by the Cowboys at 31st overall

I think Frederick is better suited for guard than for centre in the NFL. However, whichever position Dallas wants him to play, they still took him a round too early. At least. My biggest laugh of the day came thanks to a pack of Cowboys fans, who after witnessing the pick, brandished a sign that said “Cowboys, can we trade our picks for a new GM?”

You get where they’re coming from. Frederick is the typical cow-squatting Wisconsin lineman, and he’d be a lumbering centre at best in the NFL. Even if he does go to guard, he’ll still struggle with the speed of the NFL’s quicker 3-techniques. Somewhere in New York, Justin Tuck is licking his chops at the idea of playing 3-tech on third down against this guy for two games a year. This is far too high for Frederick. The pick would rank higher on this list had it happened earlier. Jerry Jones is looking asleep at the wheel.

3. Kyle Long, G, Oregon. Picked by the Bears at 20th overall

Long is unusually athletic, and comes from a football family. But while he might be a better athlete than older brother Chris, he also doesn’t seem to have his head quite in the right place. Committed to Florida State, decided to play baseball, then gets busted for DUI and leaves FSU. Goes to JUCO and decides to go to Oregon to return to competitive football.

The result is a guy with significant upside, but with tons of technical flaws and a flagrant general lack of polish. Also, the guy is not physical. Oregon’s offence didn’t really require him to be, but you’d like Long to have much more of a mean streak. In addition to this, he has started a grand total of 5 NCAA games in his ENTIRE CAREER. Sure, there’s upside. Sure, he’s probably athletic enough to play tackle. But Long is simply a ludicrous pick in the first round. None of us know what Marc Trestman plans do on the offensive side of the ball now that he’s back in American football, but I can’t see what would have pushed Long so far up the Bears draft board. I know the Bears offensive line looked like a bad college line against the 49ers…

wait, gotta give time for Bears fans to stop screaming…

couple more seconds…

and we’re back.

So, I was saying that I know the Bears O-Line got beat up worse than a gay kid at a Texas high school by the 49ers (I’m afraid for Gabe Carimi, whom I liked coming out of Wisconsin).  By the way, I would not be surprised in the slightest if, given his physical attributes, the plan was to make Long a starting tackle. He does play more like a tackle than a guard. I’m not promising it happens, guys, but don’t rule it out. Still, this was still a massive reach for Long. It’s picks like this that usually have teams looking back with regret down the road.

2. Sheldon Richardson, DT, Missouri. Picked by the Jets at 13th overall

I have to say, I really despise this pick. Richardson was my favourite 3-technique this year (and part of me is proud to say that, watching what happened to Sharrif Floyd, a few teams agreed with me), but here are the reasons he could not possibly have landed in a worse situation:

  1. He’s a pure 3-technique for a 4-3 scheme and he lands in a 3-4. (To see how well that  works out, look up Liuget, Corey, San Diego Chargers. And for good measure, also look for Dorsey, Glenn, who decided being a misfit was so convenient he was going to sign with another 3-4 team, the 49ers, after his rookie contract with the Chiefs expired.) Typically, 3-4 ends (‘cuz Richardson ain’t playing nose!) are asked to occupy blockers, especially on running downs. That completely goes against Richardson’s strengths. He isn’t a point-of-attack guy. He likes to explode upfield and camp out in the opponent’s backfield, killing plays before they get started. It’s unlikely that, when you have one fewer lineman to protect your linebackers, that Rex Ryan will give him that kind of freedom. If the Jets kill Richardson’s career before it gets started, that’ll be one more reason for me to dislike them. 
  2. You’ve drafted 5-technique guys for the 3-4 the past two years. Muhammad Wilkerson and Quinton Coples are already on your roster, they’re very young and they have much upside. Besides, where will the pass rush come from? Coples, Wilkerson, and now Richardson can all help out from the line, but in a 3-4, the biggest pass rush threat must come from outside linebackers. I don’t know who these players are for the the Jets. So why pick Richardson? Because Barkevious Mingo was gone at number nine? Remember when I said Jarvis Jones is the kind of player bad teams pass up on and great teams turn into an All-Pro? Well, I’m looking at you Jets! There was your guy, and you blew it!
  3. The lame-duck coach situation. Does anyone actually think the new administration is going to give Rex Ryan another rebuilding task when he contributed to screwing up the last one? No team currently sits with a worst mix of lack of talent and bad cap management than the Jets and the faulty personnel decisions by Ryan and former GM Mike Tannenbaum very likely will cause the Jets to be a bottom 10 team for the next few years at least. As for Richardson, it’s rough to go through coaching changes early in your career, especially if you’re being told to pull a 180 from what the previous coach told you to do. Some positions don’t change too much regardless of the identity the coach wants to give his unit, but D-Line isn’t one of them. Whether you play gap control or gap charge makes a huge difference in how you play. In just about every way. Richardson is a pure gap charge guy, and Mizzou allowed him to play like that. How will Richardson be affected by the likely change in coaching styles this year? And how will he adjust when the scheme likely changes again after his first or second year? We should also note that Richardson is no Rhodes Scholar. He failed to qualify academically for Mizzou for two straight years before finally escaping JUCO and enrolling. Does he have the intellect to handle this? The Jets are usually comically bad, but when they make picks like this, they really piss me off.

1. E.J. Manuel, QB, Florida State. Picked by the Bills at 16th overall

Saw this coming, you say?

The outrage machine is already on full throttle in Buffalo as sampled by this clever idea plucked by my dad from the comments section of a story on NFL.com: “With the 17th pick in the 2013 NFL Draft, the NFL trades the Buffalo Bills to the CFL for cash and a case of Labatt Blue.”

I loved that one. But on a (slightly) serious note, any discussion of first round blunders has to start with Buffalo. I’m a Florida State guy, but I had Manuel as a third rounder. To present him as strictly a read option QB is unfair. FSU ran a multiple offence with loads of pro-style plays. But…

Does Doug Marrone realize how much work he has to do on Manuel? I’m no Geno Smith groupie, but he was one of at least 3 QBs who were more pro-ready than Manuel. And it’s not as if he’ll get to pull an Aaron Rodgers, either. The incumbent (or should I say default) starter is Kevin Kolb. You think he might be on a short leash? Let’s not kid ourselves. The betting sites are likely already working on the over/under for when Kevin Kolb loses the job to Manuel. The criticisms of Kolb are perhaps somewhat overstated, but he’s not the kind of talent who can single-handedly uplift a bad roster, which the Bills have. Kind of like Alex Smith, really (who might, if I may take a slight tangent, perform at a standard much closer to that of Kolb than Smith’s defenders expect this year). In other words, he’ll look as mediocre as his supporting staff. Therefore, let’s not play an unnecessary game of What Ifs, Manuel is playing this year. I wouldn’t be surprised to see him run all over one or two awful teams who’ll be picking in the top 5 next year, but as far as being ready as a passer, Manuel is miles away.

So when, not if, Manuel steps in there this year with a fairly talent-deprived roster, it might not be pretty. I also, as a Noles fan, am not enthralled with Manuel’s play in big games. I watched him stink out the joint with key interceptions against Florida, and I won’t get into the not-so-big games he lost the previous year. He is one of the streakiest passers I’ve seen in a long time, and this is not a quality that will win you lots of games in the NFL. Week 1 won’t be against Wake Forest, EJ! Maybe Doug Marrone has outsmarted us all, but with Geno Smith dropping the way he is, I can’t imagine how EJ Manuel isn’t there early second round. Given the pick’s status as a monumental reach, as well as the risk involved, this pick isn’t Brandon-Weeden bad, but it’s undoubtedly the worst pick of the first round.

Advertisements

Marché des agents libres dans la NFL: Les bons coups

Lorsqu’on pense aux meilleurs contrats d’agents libres de l’histoire de la NFL, quels noms nous viennent à l’esprit? On peut penser à Reggie White aux Packers, Deion Sanders aux 49ers en 1994, le même Deion aux Cowboys l’année suivante, Drew Brees aux Saints. Cependant, il n’y en a pas autant qu’on pourrait le croire. Bien qu’il soit impossible de se prononcer définitivement sur la cuvée de cette année, plusieurs d’entre eux se sont maintenant casés et ceux qui demeurent sans contrat devront, en toute vraisemblance, attendre après le repêchage pour se trouver une nouvelle équipe. Cependant, tous les contrats d’agents libres ne sont pas créés égaux, et je vous propose, d’ici au repêchage, de faire un survol de ces acquisitions, bonnes et moins bonnes, afin de féliciter le bon travail et de rire du moins bon. Je commence donc par les choix les plus éclairés de la part des équipes de la NFL.

Les aubaines

Souvent, les meilleures décisions en matière d’agents libres ne sont pas aussi retentissantes qu’on pourrait le croire. Alors que les gros contrats constituent souvent les attrape-nigaud de la pire espèce (oui, je vous regarde, Raiders et Redskins!!), les équipes gagnent souvent à se concentrer sur des joueurs qui, pour plusieurs raisons, ne commanderont pas le genre de contrat que leur talent pourrait suggérer. Souvent, on aura affaire à des joueurs talentueux qui luttent contre les blessures. On peut aussi trouver d’excellents joueurs dont la productivité souffre du fait d’évoluer pour une mauvaise équipe ou dans le mauvais système. Ou encore, il peut simplement s’agir de diamants que l’on aura repérés avant tout le monde (le nom de Wes Welker vient à l’esprit). Cette section est truffée de maraudeurs. Je vous jure que je ne le fais pas exprès, mais c’est une position tellement malaimée et sous-évaluée dans la NFL qu’on ne devrait pas se surprendre qu’elle soit la position “bon deal” du football. Les joueurs ne sont pas classés dans quelque ordre particulier. Et avant que certains ne m’en parlent, oui, j’adore la signature du maraudeur Adrian Wilson par les Patriots. Mais même si je ne ferais pas trop confiance au jugement de l’ancienne administration des Cardinals, quelque chose me dit qu’une équipe d’une qualité aussi discutable ne laisserait pas partir Wilson si elle jugeait qu’il pouvait encore jouer à un haut niveau. Les aubaines, les voici donc.

Cliff Avril, ailier défensif, Seahawks: 2 ans, 13 millions $

Pauvres Lions! On aurait osé croire que leur médiocrité de la première décennie de notre siècle serait complètement derrière eux, mais voilà qu’elle revient les hanter. Avril était un rouage important d’une ligne défensive qui était sans doute l’une des deux ou trois meilleures de la ligue. Voilà maintenant que Detroit doit le laisser aller en raison des monstrueux contrats de recrue de son quart Matthew Stafford et du plaqueur défensif Ndamokung Suh (chosis premier en 2009 et deuxième en 2010) – conclus sous l’ancienne convention collective de la NFL – contrats qui importunent les Lions à la manière du beau-frère qui prend toute la place sur le divan et qui profère des jurons en présence des enfants pendant le match de hockey. Ah, ancienne collective qui permettait qu’un joueur qui n’avait pas joué un match dans la NFL de gagner plus que les grands quarts de la ligue, quand nous tiens! Pendant cette saison morte, les Lions ont renégocié le contrat du receveur Calvin Johnson, autre entente aux termes stratosphériques, afin qu’il plombe un peu moins la masse salariale de 2013. Sauf que quand on considère que le mec gagnera en moyenne environ 18,8 millions par an jusqu’en 2020, on réalise que Johnson ne sera pas une quantité négligeable dans les livres des Lions. Sans compter la beurrée d’agents libres dont Detroit doit déterminer le sort… Donc, exit Cliff Avril, qui prend la route de Seattle pour un salaire de 6,5 millions cette année et de 6 millions l’an prochain. Cela vous fait peut être rêver, mais dans le marché de la NFL d’aujourd’hui, c’est un contrat très bon marché pour un jeune joueur qui a réussi 29 sacks du quart au cours des trois dernières saisons. (A contrario, voir Kruger, Paul). Cette signature est d’autant plus importante pour Pete Carroll qu’il ne sait pas s’il aura Charlie Clemons, qui se remet d’une vilaine blessure, l’an prochain. Voilà ce qui arrive lorsqu’on négocie bien le marché des agents libres, surtout lorsqu’on connait l’impulsivité de certains des collègues dirigeants. Légère consolation: les Lions peuvent au moins se réjouir d’avoir réussi à garder…

Louis Delmas, maraudeur, Lions: 2 ans, 8,59 millions $

Delmas est un joueur d’une grande qualité, probablement l’un des cinq meilleurs à sa position, lorsqu’il est en santé. C’est vraisemblablement sa fragilité qui explique le prix d’ami et la courte durée du contrat. C’est un joueur qui fait preuve de la méchanceté que l’on recherche chez un maraudeur et que les quarts comme les receveurs tentent autant que possible d’éviter. Il représente exactement le genre d’aubaine que tous devraient rechercher: les joueurs dont la durabilité ou la productivité ne justifient un salaire monstrueux, mais dont le talent est évident. L’intention de Delmas sera de prouver qu’il peut éviter l’infirmerie et de signer un gros contrat soit avec les Lions l’an prochain ou comme agent libre dans deux ans.

Nnamdi Asomugha, demi de coin, 49ers: 1 an, 1,35 million $

Me niaisez-vous? D’accord, il a souffert très fortement du syndrome du gros contrat à Philadelphie, la qualité de son jeu vacillant entre ordinaire et franchement atroce, mais me dites-vous vraiment que le gars qu’on voyait nez-à-nez avec Darrelle Revis comme meilleur demi de la ligue va jouer pour 1.3 million l’an prochain? Avec la meilleure équipe de la NFL? Je ne m’attends pas à voir le Nnamdi des Raiders d’il y a trois ans, mais il est probable qu’il ressemblera plus à ce joueur-là qu’au chien dans le jeu de quilles débarqué à Philadelphie en 2011.

(Attendez, je remets ma casquette du gars incrédule qui se dit qu’il perd peut-être son temps en droit étant donné l’incompétence de certains DG dans la NFL… Voilà c’est fait!)

Sans blague, après avoir donné des leçons de coaching aux autres équipes pendant la saison dernière, les Niners leur donnent maintenant des leçons de gestion. D’abord, Jim Harbaugh se couche sur son Lazy Boy et se bidonne comme un Montréalais à un show de Sugar Sammy en regardant l’offre que lui font les Chiefs pour son quart réserviste Alex Smith. (En passant, lâche pas l’assurance dentaire, Alex! Tu vas te retrouver avec la dentition de Danny Heatley à jouer derrière cette ligne offensive!)

Ensuite, Harbaugh reste lucide quant aux joueurs de sa propre équipe qui sont agents libres. DaShon Gholston? Mouais… Solide maraudeur… hmm… Comment? Que dites-vous, les Bucs? Vous voulez lui donner 8 millions par année? Quand le repêchage ne manque pas de remplaçants potentiels? LOL!!! Non, non, je n’ai rien dit! Prenez-le! Ricky Jean-François? (Dont le nouveau contrat passera à coup sûr “au cash” dans mon analyse des plus mauvais de cette saison morte) Joueur de type “technique 5” correct qui contribue respectablement à une rotation dans le meilleur des mondes. Que dites-vous, les Colts? Quatre ans, 22 millions? Quand le repêchage est truffé de joueurs plus prometteurs que lui? Êtes-vous sûrs que vous ne recevez pas de conseils de gestion d’équipe de Michael Jordan? Moi aussi, je l’aimais comme joueur, mais comme DG… En tout cas, ne me laissez pas casser votre fun. Delanie Walker? Ailier rapproché adéquat, que personne ne confondra avec Vernon Davis. Comment, les Titans? Vous le voulez pour remplacer Jared Cook, que vous laissez aller à St. Louis? Êtes-vous bien sûrs de votre coup? Walker court assez bien, bloque bien aussi, mais ses mains ont toute la souplesse d’un bloc de granit. Quand il attrape le ballon, on dirait que c’est une barre de savon mouillée. Donc, si je vous comprends bien, vous allez remplacer un gars qui court et attrape mais ne bloque pas par un gars qui court et bloque mais n’attrape pas. OK, si vous le dites…

Bon, maintenant, la rumeur s’active selon laquelle les Niners seraient peut-être intéressés à acquérir Darelle Revis. On peut comprendre le raisonnement. Tarell Brown est un troisième demi de coin au mieux et se faisait souvent viser en séries. Mais… Revis entre dans la dernière année de son contrat et exigera le genre de paye qu’on offre au meilleur joueur défensif de la ligue. L’alternative, c’est de faire comme avec Deion Sanders en 1994 et de le laisser partir après un an, en espérant gagner le Super Bowl avec lui avant ça. Compte tenu de ce que demanderaient les Jets en retour (c’est-à-dire des éléments importants de la profondeur des Niners), Harbaugh préfère s’abstenir et voir ce qui se passera ensuite. Et Asomugha, auteur de deux mauvaises saisons avec les Eagles (traduction: ça pourrait ne vouloir rien dire du tout) est disponible pour à peine plus qu’un million. C’est drôle comment les bonnes équipes peuvent laisser les mauvaises travailler pour elles.

Rappelez-moi qui a dit que les riches ne pouvaient pas s’enrichir dans la NFL. Il me doit des explications.

Kenny Phillips, maraudeur, Eagles: 1 an, 2 millions $

Sa situation est semblable à celle de Delmas, quoiqu’il existe quelques variables. Phillips est plus athlétique, plus talentueux que Delmas et joue mieux la passe. Il est lui aussi assez jeune.  Cependant, son historique de blessures est plus important. On peut cependant féliciter les Eagles d’avoir conclu cette entente puisqu’ils n’ont jamais vraiment remplacé Brian Dawkins depuis son départ à Denver et les termes du contrat ne sont pas très onéreux, tant en durée qu’en salaire. Et s’il obtient une nouvelle entente fortement bonifiée l’an prochain, il l’aura méritée et les Eagles auront un joueur de calibre Pro Bowl au sein de leur effectif. Il leur en faut…

Bernard Pollard, maraudeur, Titans: 1 an, 2,5 millions $

Il est ce que la NFL a de plus près du “Terminator”. Son surnom à l’Université Purdue était “Bonecrusher”. Subtil, hein? Les Titans sont allés chercher le joueur le plus détesté des supporters des Patriots. Laissé libre par les Ravens en raison de leur situation salariale précaire, Pollard est moyen contre la passe et a besoin d’un collègue maraudeur qui puisse compenser ses lacunes (ce qu’ont les Titans en la personne de Michael Griffin), mais peu de joueurs au sein de la NFL sont plus craints que Pollard. Alors membre des Chiefs, Pollard avait mis un terme à la saison 2008 de Tom Brady. L’année suivante, c’était le tour de Wes Welker lors du dernier match de la saison régulière. C’est lui qui a causé l’entorse à la cheville de Rob Gronkowski des Patriots avant le Super Bowl de 2012 et c’est lui qui, plus tôt cette année contre ces mêmes Patriots, a asséné ce coup effrayant au porteur Stevan Ridley, qui a subséquemment eu l’air de tomber raide mort.

Je sais que c’est cynique et “borderline” anti-sportif, mais Pollard est le genre de joueur qui déplait si profondément aux coordonnateurs et aux joueurs offensifs adverses qu’on ne peut faire autrement que le considérer comme un atout pour une défensive. Sa réputation n’est pas tant basée sur ses succès que sur son mur de victimes. En toute honnêteté, il faut aussi mentionner que Pollard, en raison de sa mentalité assassine et son gabarit, excelle contre la course. Un grand joueur? Certainement pas. Un joueur qu’on apprécie au sein de son effectif? Absolument. Au prix que les Titans ont payé, je le signerais hier.

Terrence Knighton, plaqueur défensif, Broncos: 2 ans, 4,5 millions $

Knighton n’est pas un talent spectaculaire, mais c’est un plaqueur solide contre la course qui pourra permettre à Von Miller et compagnie de tenter plus de gros jeux. Il était pratiquement le seul élément fonctionnel sur une ligne défensive des Jaguars aussi inspirante que le fait de regarder pousser du gazon. Son arrivée à Denver s’inscrit dans une démarche visant à renforcer le milieu de la ligne défensive des Broncos. Excellent rapport qualité-prix.

(Au passage, on s’interroge quant à l’identité de son remplaçant à Jacksonville. Étant donné leur ligne offensive qui envoie hebdomadairement son quart-arrière à la mort, si mes Jags prennent un plaqueur avec le deuxième choix, il y a quelques cossins qui vont revoler dans le salon chez moi…)

Jake Long, bloqueur offensif, Rams: 4 ans, 34 millions $

Il est mieux de passer énormément de temps à l’infirmerie, sinon les Dolphins auront l’air de parfaits imbéciles. J’ai beaucoup de vitriol à lancer aux Dolphins et je le garde pour ma chronique sur les plus mauvaises signatures. Pour l’instant, contentons-nous de dire que la seule raison pour laquelle ce contrat est possible est que les Dolphins ne croient pas que Long peut rester en santé. Le fait que son examen médical ait duré 16 heures a de quoi faire peur. Mais s’il est en santé, les Rams viennent de se ramasser le meilleur bloqueur de la ligue pour une fraction du prix si aucune question ne persistait quant à sa santé physique. Pas que les Dolphins lui auraient permis de quitter si cela avait été le cas. Enfin, le jeu en vaut néanmoins la chandelle et Jeff Fisher continue de rendre cette équipe des Rams, si lamentable il y a peu de temps, assez impressionnante.

Facture salée, besoin comblé (du moins, on l’espère…) 

Avez-vous déjà convenu d’acheter un bien pour un prix nettement supérieur à sa valeur simplement parce que vous le vouliez ardemment ou que vous en aviez absolument besoin? Si oui, vous avez une idée de comment ces équipes doivent se sentir. Le fait de sciemment surpayer un joueur est une tactique dangereuse, mais parfois efficace dans la mesure où elle permet de combler un besoin à ce point flagrant qu’il vaut de surpayer un joueur pour pallier cette lacune. Les équipes qui le font trop souvent ont fortement tendance à plafonner en milieu de classement, mais une fois n’est pas coutume. Autre précision: pas de place pour des joueurs moyens, mauvais ou surévalués sur cette liste.

Andy Levitre, garde, Titans: 6 ans, 46,8 millions $

Vous savez ce que nous dit cette signature? Non seulement les Titans repêcheront-ils un ailier défensif avec leur premier choix en avril, mais ils connaissent déjà l’identité de ce joueur. Le porteur Chris Johnson se fait peut-être trop aller le clapet (cette semaine encore, il a critiqué l’addition du porteur Shonn Greene à l’équipe des Titans) étant donné qu’il ne ressemble pas vraiment au joueur qui a cumulé 2 000 verges par la course il y a 2 ans. Cependant, il n’en demeure pas moins que cette ligne offensive des Titans aurait eu du mal à créer des trous pour une souris et Johnson s’est souvent retrouvé devant un mur au moment d’arriver à la ligne de mêlée avec le ballon. Je parlais d’ailier défensif plus tôt. Je vous explique. Les Titans ont deux besoins absolument criants: ailier défensif et garde. En général, les repêchages ne regorgent pas de gardes dignes d’être pris en première ronde. Cette année, il y en a deux (Chance Warmack d’Alabama et Jonathan Cooper de North Carolina). Alors pourquoi payer une fortune et demie à Levitre, garde solide qui aura néanmoins un plus beau RÉER que ce qu’il mérite?

La seule solution possible est que les Titans sont déjà tombés amoureux d’un ailier et qu’ils ont déjà décidé que ce joueur valait de laisser aller des joueurs recrues du calibre de Warmack et de Cooper. Les Titans paieront donc un peu moins de huit millions par an à Levitre, ce qui est au bas mot une fois et demie trop cher, mais Levitre est un joueur solide pour la course et la passe qui saura améliorer l’intérieur de la ligne des Titans, amélioration plus que nécessaire. Quant à l’identité de ce fameux ailier, les paris sont ouverts. On se rappellera qu’en 2010, les Titans avaient choisi l’ailier de Georgia Tech Derrick Morgan au 17ème rang, deux choix après que les Giants aient sélectionné un certain Jason Pierre-Paul, dont ils n’avaient en l’apparence pas besoin. Quelque part à Nashville, le directeur général des Titans Ruston Webster se verse un très, très, très, très, très grand verre de Vodka…

Greg Jennings, receveur, Vikings: 5 ans, 45 millions $

J’adore cette acquisition du côté des Vikings et je suis à un cheveu de la qualifier de carrément excellente. Je l’aime d’autant plus que les Vikes sont un rival de division de l’ancienne équipe de Jennings, les Packers. Quelques éléments m’empêchent cependant de le faire. D’abord, Jennings aura 30 ans au début de la saison, ce qui suggère que son déclin physique risque de débuter au cours de ce contrat. Ensuite, Jennings est un très bon receveur, mais il tend à disparaître lorsqu’on lui consacre beaucoup d’attention, ce qui arrivera au Minnesota puisqu’il ne sera pas aussi bien entouré qu’à Green Bay (à moins que Minnesota ne fasse venir des renforts). Enfin, les deux quarts que Jennings a connus jusqu’à maintenant dans la NFL sont Brett Favre et Aaron Rodgers. Favre est un des grands. Rodgers est le meilleur depuis deux ans. Christian Ponder n’est pas du même niveau. Cela nuira-t-il à la productivité de Jennings, étant donné que le jeu vertical ne fait pas partie des forces de son nouveau quart? Loin d’être garanti, mais possible. Néanmoins, avec le départ de Percy Harvin et la régression de Ponder depuis un an et demi, les Vikings devaient ajouter un receveur de premier plan et ils viennent de le faire. C’est cher payé, mais tant qu’à surpayer quelque peu, autant le faire pour un joueur comme Jennings.

DaShon Gholston, maraudeur, Buccaneers: 5 ans, 41,5 millions $

Peu importe le pourcentage de ce fric que l’agent de Gholston touche, il en mérite plus. Gholston était très bon lorsque bien entouré à San Francisco, et les Bucs en avaient bien besoin. Mais comme je disais plus haut, 8 millions par an? Gholston est bon, productif et polyvalent. Il joue bien la course et la passe. Mais ce n’est pas Ronnie Lott ou même Ed Reed dans ses belles années. C’est très, très cher payé pour une position assez forte dans le repêchage. Après le monstrueux contrat consenti à Vincent Jackson l’an dernier, Greg Schiano et al. nous montrent qu’ils n’ont pas froid aux yeux lorsque vient le temps de signer des agents libres. Fort bien, mais ça a besoin de marcher et vous êtes mieux de bien repêcher parce que si vous avez besoin d’autres renforts ou de profondeur l’an prochain. En effet, ce sera nettement plus compliqué de faire ces acquisitions sur le marché des agents libres étant donné ces gros contrats, le contrat de recrue du plaqueur Gerald McCoy conclu sous le règne de l’ancienne convention collective (encore cette même chanson) et des sommes excessives englouties dans le salaire de deux joueurs de ligne offensive surévalués. Les Bucs manqueront-ils de profondeur à force de dépenser comme s’il n’y avait pas de lendemain? À suivre.

Et enfin, voici 5 contrats qui forment la section…

Rien à redire

  1. Elvis Dumervil, Ailier défensif/secondeur extérieur, Ravens; 5 ans, 26 millions $: Les Ravens perdent Paul Kruger aux Browns, mais le remplacent par un joueur plus expérimenté, plus rapide, meilleur, quoi! Sauf qu’ils payent 15 millions de moins que les Browns ont payé pour Kruger. Au-delà de l’erreur de son agent qui a fait en sorte que Dumervil atteigne le marché des agents libres, c’est une grave erreur des Broncos de l’avoir laissé partir. 
  2. Danny Amendola, Receveur, Patriots; 5 ans, 28 millions $: On devine l’intention ici: remplacer Wes Welker par le prochain Wes Welker. Amendola est du même gabarit que Welker, a le même style de jeu et a même évolué à la même position pour le même programme universitaire que Welker. Dans la catégorie amélioration, on mentionnera qu’Amendola est plus rapide que Welker. Le plus gros point d’interrogation est la durabilité du nouveau Patriot. On dit qu’un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. Peut-être, mais sur papier, à ce stade de la carrière de Welker et d’Amendola, les Patriots seront, en 2013, une meilleure équipe avec Amendola qu’avec Welker. D’ailleurs, en parlant de Welker…
  3. Wes Welker, Receveur, Broncos; 2 ans, 12 millions $: Je ne disais pas que Welker est bon pour la retraite. Il est possible que Welker soit meilleur avec les Broncos l’an prochain qu’il ne l’a été avec les Pats l’an dernier. D’abord, il passe d’un quart bestial à l’autre (de Brady à Manning). Ensuite, les Broncos ont un receveur qui menace les zones profondes (Demaryius Thomas), ce que les Pats n’avaient pas et qui pourrait donner plus de place à Welker. Welker aurait difficilement pu mieux tomber et le contrat est parfaitement raisonnable.
  4. Tony Gonzalez, ailier rapproché, Falcons; 2 ans, 14 millions: Tony Gonzalez ne prend pas sa retraite? Bon deal. Suivant!
  5. Sebastian Vollmer, bloquer offensif, Patriots; 4 ans, 16,75 millions $: L’un des bloqueurs les plus sousévalués de la ligue, Vollmer ne semblait pas en voie de rester avec les Pats, mais ces derniers sont parvenus à lui faire signer une entente très raisonnable qui le garde à Boston à moyen terme. On est à un cheveu de l’aubaine ici.

Je vous retrouve prochainement pour ma partie de plaisir, c’est-à-dire la chronique où je ris des équipes qui ont conclu les ententes les plus farfelues. J’ai déjà hâte.

Blog at WordPress.com.