Sandusky aftermath: Should Penn State football get the Death Penalty?

Former Penn State defensive coordinator Jerry Sandusky has racked up 422 years of prison due to his being convicted on 45 of 48 counts of sexual abuse on minors over several years. Needless to say justice has been done. Beyond the psychological impact on the victims, the ramifications of Sandusky’s disgusting actions have been significant on Penn State as well. Predictably, the university has had to deal with a public relations scandal of uncommon magnitude. Joe Paterno, the long-standing head coach of the Nittany Lions, was fired and died a few months later (amid worrying protests from Penn State students and fans suggesting the decision to fire him was a mistake). The university president Graham Spanier was replaced as well, and the hiring of former New England Patriots offensive coordinator Bill O’Brien as head football coach along with his new staff took care of cleaning up whatever was left of the “tainted” Paterno regime.

While we can only hope the Sandusky conviction allows the former DC’s victims and their families to carry on with their lives, the Penn State football program looks to heal as well. However, rumour has it that it might get tougher, even borderline impossible, for Penn State to accomplish this. Indeed, it was discussed on ESPN Radio that Penn State might be subjected to a sanction most people familiar with the NCAA know as the “Death Penalty.”

The NCAA’s “Repeat Violator” policy, a.k.a. The Death Penalty, has only been implemented once in college football. In the late 70s-mid 80s, Southern Methodist University (SMU) had one of college football’s most dominant and controversial programs when, in 1986, they were slapped with this sentence for numerous and repeated violations of NCAA recruiting regulations. Members of the SMU administration as well as SMU boosters were known to have set up a slush fund which allowed them to pay recruits to come and play at SMU. The scam had some incredibly important people involved, including Bill Clements, the former governor of Texas who was running for office again. At the time, the Mustangs had been placed on probation a staggering seven times since 1974 and were actually on probation as a result of such violations. (For more on the SMU story, there is much good material on the internet, and I strongly recommend the excellent ESPN 30 for 30 documentary “The Pony Excess.”)

As a result, SMU’s 1987 season was cancelled (they chose not to play in 1988 as well, citing the likely inability to be competitive). They lost 55 scholarships over four years, and could only hire five full-time assistants instead of the standard nine. They could not recruit off campus or pay for recruits’ campus visits for a full year.

The word “devastating” doesn’t seem to adequately describe the repercussions of the Death Penalty on the SMU football program. The team basically lost the ability to be competitive for 20 years. From the time it resumed football after the death penalty until the end of the 2007 campaign, the Mustangs had only one winning season. Five years later, coach June Jones still hasn’t completed the team’s turnaround, though things are looking up.

This is, in all likelihood, what awaits Penn State should the NCAA decide to impose the Death Penalty on Nittany Lions football. Thus, the question shifts to whether the NCAA should make this decision. In my humble opinion, the answer is no.

The real name of the Death Penalty, the “Repeat Violator” policy, is revealing. This is a sanction reserved for programs who repeatedly violate NCAA rules. Those who support the suggestion that Penn State should get the Death Penalty point out, quite rightly, that Sandusky is a repeat violator of the worst kind. However, Penn State, as far as we know, has broken no NCAA rules. The NCAA does not legislate on sexual abuse for the simple reason that these are matters of American federal law. Therefore, accusations and sanctions regarding Sandusky’s (and others’) crimes are matters which should be reserved for the courts and directed at the people responsible for all this. This is not the NCAA’s business. And so far, things have been done the right way. The university has done what it needed to by terminating the employment of the people who were guilty of knowing what Sandusky did and preventing light from being shed on his transgressions. The courts could have decided to go after Paterno before he died, just as they could go after anyone they deem made themselves complicit through complacency. Whether they will remains to be determined.

Moreover, it strikes me as blindingly obvious that the NCAA also needs to look at who it would be punishing by slapping the Death Penalty on Penn State. What exactly would the NCAA accomplish by forcing current PSU student athletes, who never played for Sandusky, let alone took part in allowing him to keep sexually molesting children, to transfer in order to avoid compromising their athletic careers? These young men did not sign up for any of this, and as such, should not have to bear any responsibility for the criminal acts of a man who has not been involved with the PSU program since 1999.

Those who want the Death Penalty for Penn State will argue that this is what was done at SMU, as the program was shut down even though many of its players had been recruited without the offer of monetary bribes. True, but as anyone familiar with the SMU story will recall, the boosters and administrators who were running the slush fund decided to keep paying the players who had been offered money to come to SMU, many of whom were still on the team. The plan was to keep paying the players who were promised money to discourage them from blowing the whistle, avoid paying the new recruits in order to clean up progressively. Which would have been fine except it meant another 2-3 years of violations, during which they were caught again and given the Death Penalty. Besides, in the SMU case, the players who took the money were as guilty as the coaches and the boosters offering it. This is different from the Penn State scenario, where the current players had nothing to do with Jerry Sandusky’s sexual abuse on children.

The facile argument according to which it would be wrong for the NCAA to do nothing doesn’t work either. A decision to administer a slap-on-the-wrist probation would, in my opinion, serve as little more than a petty symbolic gesture and would fulfill no real purpose. And to impose a sentence as grave as the Death Penalty, or even a strong yet lesser sentence, on a program which has now cut ties with the guilty ones strikes me as patently ridiculous. It would mean the NCAA has acted outside its jurisdiction to punish the wrong people. It could have done something had the university decided to do nothing and to act as though the problem was Sandusky alone. But Penn State acted. It got rid of all the people who played a part in allowing Sandusky to continue molesting children by keeping a lid on the situation (Paterno, Spanier, etc.). Meanwhile, the courts pursued and convicted Sandusky and can still go after others if enough proof of guilt can be gathered. Again, justice has been served.

In the documentary “The Pony Excess,” CBS college football commentator Verne Lundquist concludes by saying “I believe the NCAA realized what it had done to the SMU athletic program and will never administer the Death Penalty again.” With the current state of affairs in the NCAA, with every day seemingly bringing new allegations of recruiting violations, I wouldn’t be so sure. But they certainly shouldn’t impose it on Penn State football for the actions of Jerry Sandusky. In this case, the crimes are doubtlessly grave, but they are not the NCAA’s to punish.

Advertisements

La justice d’un seul homme

Jusqu’à ce que soit rendu public le “bountygate” des Saints de la Nouvelle-Orléans et de leur ancien coordonnateur défensif Gregg Williams, la justice du commissaire de la NFL Roger Goodell se concentrait surtout, par le biais d’amendes salées et de suspensions, sur l’élimination des coups susceptibles d’infliger des commotions cérébrales. Cette tâche, bien que délicate, n’en a pas moins une certaine simplicité: il est facile d’identifier les coups dangereux et de les punir si l’on ne se préoccupe pas de savoir si l’intention de blesser était là.  Et Roger Goodell encaisse sans broncher les accusations de zèle. Même si sa politique est en partie arbitraire, il répond que c’est une conséquence acceptable de sa campagne de réduction des commotions. Il a aussi à coeur les intérêts financiers de la ligue. Non seulement la tentative d’éliminer les commotions est-elle un objectif louable en soi, mais elle sert le chiffre d’affaires de la NFL en cette nouvelle ère de sensibilisation où une poursuite pour non-divulgation des effets potentiels des commotions cérébrales n’attend pas l’autre.

Il est logique que soient punis sévèrement les plus sérieux récidivistes en ce qui a trait aux coups assassins. On pense entre autres au secondeur des Steelers James Harrison, dont la mauvaise réputation est appuyée par de nombreux examples de tentatives de bousiller complètement un adversaire sans défense. Cependant, il ne fait aucun doute que Bountygate constitue une situation plus complexe. Ici, on accuse entraîneurs et joueurs de contribuer à un fond qui vise à financer les “killshots” des joueurs sur des adversaires ciblés. Pour ce faire, on doit prouver l’intention de la part des soi-disant participants, tant chez les joueurs que chez les entraîneurs,  

Comment est-ce possible? Dans le cas du coordonnateur défensif Williams, c’est déjà fait. Des extraits audio peu édifiants prouvent hors de tout doute que Williams alimentait bien le système de primes. Il est suspendu indéfiniment, et avec raison. Quant à la suspension d’un an de l’entraîneur-chef Sean Payton, Goodell accuse essentiellement le coach de complaisance. Pour utiliser le langage de la NCAA lorsqu’elle pénalise un programme universitaire pour violation des règles du recrutement, en temps qu’entraîneur-chef, Payton est coupable de “manque de contrôle institutionnel”. La sentence est lourde, mais elle s’explique. Même le directeur général Mickey Loomis n’échappe pas à la justice de Goodell.

Bien qu’on puisse comprendre le motif des suspensions des entraîneurs, la situation devient problématique lorsqu’on en arrive aux joueurs. Le secondeur intérieur Jonathan Vilma a annoncé son intention d’en appeler de la décision de Goodell de le suspendre pour l’entière saison 2012. Seul hic: il devra le faire… auprès de Goodell lui-même. Comme le décrivait le toujours comique columniste du réseau ESPN Rick Reilly, voici, en caricature, à quoi pourrait ressembler la scène:

Goodell: M. Vilma, vos actions sont inacceptables et je vous suspends pour la saison prochaine en entier et sans salaire.

Vilma: Je voudrais aller en appel, commissaire.

Goodell: Sans problème. Bon… M. Vilma, je jugerai aujourd’hui de votre appel, quels sont vos arguments?

Encore une fois, ceci est une caricature sur le fond, mais ce n’est que très peu exagéré sur la forme. Suis-je le seul à voir quelque chose de malsain dans cette situation, où Goodell sert à la fois de juge, de jury et de bourreau? Encore une fois, on parle ici d’une situation où il n’est pas seulement question d’évaluer les impacts potentiels d’un geste, mais aussi l’intention qui est derrière. Comment déterminer si un coup en l’apparence salaud était motivé par le désir de délibérément blesser un adversaire?

Goodell et ses collègues sont humains, ils peuvent faire des erreurs, ce qui devient dangereux dans la conjoncture où la première préoccupation de Goodell est de protéger la compagnie qu’il sert. Son zèle est quelque chose qu’il assume avec une fierté à peine voilée. Voilà qui est bon pour l’image éthique de la ligue, mauvais pour les joueurs qui voudraient avoir droit à un appel digne de ce nom. C’est dans cette optique que je suis de ceux qui croient que la NFL doit se doter d’une cour d’appel indépendante qui disposerait des pleins pouvoirs discrétionnaires quant au maintien ou au renversement des décisions du commissaire.

J’ai suivi les péripéties de cette affaire sur les ondes du NFL Network comme l’ont fait beaucoup de fans de football. Plusieurs des mêmes clips vidéo sont continuellement montrés en example, vidéos provoquant chez moi des réactions oscillant entre “Ben là, je ne vois pas ce qu’il y a de salaud là-dedans” à “OK, ça c’est chien.” Mais tout ce film ne veut rien dire, car bien qu’un coup puisse sembler cochon, cela ne prouve ni l’intention de blesser ni la participation active au programme de primes à la blessure.

Alors comment s’y prend la NFL? À coups de preuve dont elle dispose en grande quantité, selon ses dires, bien que seul une infime partie de cette “preuve” ait été rendue publique. Mais plus on avance et plus on a l’impression que 1) les joueurs sanctionnés sont placés dans une position intenable et 2) que la soi-disant preuve pourrait comporter sa part de failles.

Le football est bâti sur la même dynamique hiérarchique que l’armée. Le bon fonctionnement des opérations repose sur l’obéissance aux ordres. Comme le fait remarquer Rick Reilly, un joueur qui choisirait de contredire son entraîneur serait immédiatement catalogué comme “avocat de vestiaire” et scotché au banc comme si on l’y avait soudé. Les contrats ne sont pas garantis, et si un entraîneur de la NFL tombe sur un joueur dont les principes d’esprit sportif se mettent dans le chemin d’un programme de primes à la blessure, rien n’est plus facile que de se débarrasser du joueur et de trouver un autre jeune loup moins scrupuleux. Que peuvent véritablement faire les joueurs si le fait de blesser l’adversaire n’est plus seulement un objectif optionnel accompagné d’une récompense, mais bien d’un ordre? Que peuvent-ils faire quand le respect des ordres influence directement leur capacité à gagner leur pain?

Reilly nous sort également la phrase colorée suivante: “Punir les joueurs aussi sévèrement que leurs entraîneurs revient à donner à la secrétaire de Bernie Madoff la même sentence qu’à Madoff lui-même.” Ici, on doit faire attention. Vilma est accusé d’offrir 10 000$ à quiconque sortirait Brett Favre d’un match Vikings-Saints. Si Vilma, ou tout autre joueur, est coupable de cela, alors sa suspension d’un an est méritée. Dans le cas contraire, rien n’est moins sûr,

Quant à la preuve, elle se trouve aussi attaquée de toutes parts. Le plus récent coup d’éclat à ce sujet est survenu mardi alors que Tony Hargrove, suspendu pour huit matchs, a critiqué une vidéo dans laquelle il aurait scandé à son coéquipier du moment, Bobby McCray, “Bobby, show me the money.” Seul inconvénient, selon Hargrove: ce n’est pas lui qui aurait prononcé ces paroles. Amis et associés de Hargrove ont eux aussi affirmé que ce n’était pas lui, pas que cela ne prouve quoi que ce soit. Cependant, Hargrove dit être prêt à se soumettre à n’importe quel test de la voix pour prouver son innocence. Voilà qui devrait se révéler davantage utile.

Cela devrait aussi rendre les officiels (je ne parle pas ici des arbitres, on se comprend) de la NFL très nerveux, car si Hargrove venait à prouver qu’il n’a pas prononcé ces paroles, c’est tout le processus de collecte de preuve qui serait remis en question, en plus de la preuve elle-même. Il y a aussi fort à parier que le modus operandi plus général de Goodell passerait sous le microscope. Si un homme doit jouir d’autant de pouvoir, son système d’enquête doit être à toute fin pratique sans faille et ne peut donner l’impression que les joueurs sur lesquels on enquête sont présumés coupables jusqu’à preuve du contraire.

Je pense que l’idée de rendre le football plus sécuritaire, aussi sécuritaire qu’il peut l’être compte tenu de sa nature, en est une louable. Je crois qu’elle vaut d’être désignée comme objectif pour la NFL et pour tous les niveaux de football. Cependant, il faut aussi que le processus décisionnel autour des sanctions imposées pour conduite inacceptable soit transparent et équitable pour les accusés. Tant qu’à rendre la NFL plus sécuritaire, pourquoi ne pas la rendre plus juste? Si la justice est une préoccupation pour la NFL, la ligue en est au point où la mise sur pied d’un comité d’appel indépendant des autorités de la ligue devient indispensable. D’ailleurs, on voit mal en quoi cela nuirait à l’image de la NFL, au contraire. Cela montrerait qu’elle comprend qu’un commissaire qui jouit du pouvoir de se considérer comme infaillible représente un danger pour l’intégrité de la ligue presque au même titre qu’un James Harrison qui tente de casser un receveur en deux ou qu’un système de primes à la blessure. Dans le cas contraire, elle confirmera la crainte qui semble devenir de plus en plus forte en ce moment: que la NFL, dans son désir d’assurer la sécurité, néglige l’importance de la vérité.

Silly and Sillier

Silly

One word: disconnected. I read in the comments section of my newspaper this morning that Jacques Villeneuve had been “courageous” to speak his mind about the student strike. Courageous? How so? Because he received a few moronic and predictably empty threats? Villeneuve, let us recall, rehashed most of the Charest gouvernment’s rhetoric about how the protests that have been going on for months now represent a threat “the way we do things here.” In other words, you get a say on how the country is run once every four years.

I disagree, but yet I just can’t seem to care. Many people took Villeneuve’s remarks to heart, and I suppose I can understand why. He’s a former F1 champion whom many Quebecers identify with because he was born in Quebec and because they cherish fond memories of his father, the late great Gilles Villeneuve, who died tragically on the race track. And I suppose I understand why, in the conjuncture which combines the student strike and the Grand Prix, a journalist would think that asking a former F1 driver to comment on the strike sounds like a plan.

I don’t mind that Villeneuve’s opinion is completely contrary to mine on the topic of tuition hikes and protesting. And while I, had I been in his shoes, would have had the common sense to answer with the all-too-common response “no comment,” I guess he felt compelled to speak his mind. But this saga shows there is a widespread problem in Western civilization. We tend to give excessive credence and weight to every thought aired out publicly by a celebrity. Like Fox News presenting Mel Gibson like someone qualified to discuss the legality and the morality of the late Terry Schiavo’s euthanasia, we brandish a microphone in Villeneuve’s face and ask him what he thinks of the ongoing protest.

But a significant question seems to have escaped everyone’s mind. What the hell does it matter what Villeneuve thinks? As someone who, as it has been pointed out many times in the last few days, grew up in Monaco and lives in Switzerland, the silver spoon-fed Villeneuve is quite plainly a man speaking of something he clearly doesn’t understand. And now, lots of people recognize this and are turning on him. Why it ever took so long is something people will have to explain to me. Here is a man who has nothing Canadian or Quebecer about him, save for being born in St-Jean-sur-Richelieu to Quebecer parents. That’s already a lot, you’ll reply, except he makes a liar out of a very famous saying. In Villeneuve’s case, you can take the boy out of St-Jean, AND you most certainly can take St-Jean out of the boy. Or perhaps it was never in him to begin with.

Far be it from me to say that he can’t have a valid opinion because he’s basically a foreigner, but what his comment showed was that he doesn’t have anything new, interesting or intelligent to say about the conflict. Thus, his opinion on this most divisive topic is frankly of no importance. The importance it has is the one we gave it through our predictably epidermic response.

But why the surprise? Villeneuve is, and always has been, an individual who is far too aware of who butters his bread. My lasting memory of him remains the time when he publicly stated that he believed tobacco advertising should be legal, smack on the heels of the RJR-McDonald ruling by the Canadian Supreme Court. His team’s main sponsor at that time? Canadian tobacco company Rothman’s-Benston & Hedges.

He seems to think that the protests are one colossal error in judgement. Will it turn out that way? I don’t think so, but many take Villeneuve’s word for it. I cannot say I completely blame them because, as far as errors in judgement are concerned, Jacky Boy is certainly no stranger to them. There was the time when he signed on to the ill-fated BAR team to please his friend, no wait, former friend Craig Pollock. And then there was his restaurant he meant as “pied d’à terre” in Montreal; that baby didn’t last long either. And when he was banished to F1 hell for a time, he thought it wise to enter a different kind of hell: a hell reserved exclusively for the very, very, very bad music records. He sold a mighty 78 of them, which as far as I go, is about 85 too much.

I’m not so much mad at him as I feel bad for him. In addition to behaving as though this is still 1997 (his championship year), he showed just how disconnected he is to, well, everything when comics and notorious pranksters “Les Justiciers Masqués” prank-called him, mimicking Canadian Prime Minister Stephen Harper. After they admitted they were joking, his response was this: “I don’t think this is very funny. You’re mocking the institution that is the Prime Minister by impersonating him.” I wish I was surprised. The Justiciers best expressed theirs and everyone else’s disappointment: “So pompous. So arrogant. So disconnected.” Disconnected, that word again. Let him say what he wills. I couldn’t care less.

Sillier

I wish I could be as detached about our next foot-in-the-mouth moment: that of Quebec Cultural Minister Christine St-Pierre. One’s politics can be to the right or the left, one can be against the tuition hikes or in favour of them. However, as I have said in my previous post, her reaction to Fred Pellerin’s decision not to accept the National Order of Quebec in these troubled times (he has worn the red square publicly on several occasions) stank of ignorance, incompetence and/or bad faith.

When asked about Pellerin, this was her response: “But we know what the red square means: it means intimidation, violence; it also means preventing people from studying.” Well, first of all… no. The overwhelming majority of people who protest do so peacefully, and their pacifism does not come in contradiction with wearing the red square. Morever, as Marc Cassivi of La Presse writes, this is the sort of binary reasoning George W. Bush would be proud of. His famous line “if you’re not with us, you’re with the terrorists” stays fresh in my mind, and I was instantly reminded of it when I read St-Pierre’s preposterous, simplistic, polarizing claim. I would pay good money to know how she can look herself in the mirror as a former journalist after having said such a thing.

To spit such nonsense is unworthy of both a journalist and a government minister. In my opinion, she has caused irreparable damage to her credibility as a minister. And how bad a target she chose as well! Pellerin’s opinions are clear, but he is not the boisterous type and his explanation was the antithesis of aggressive militantism. He emphasized almost excessively how honoured he was, how much it meant to him to be offered this title, yet none of it stopped St-Pierre from coming down on him like a ton of bricks out of sheer miscalculated political opportunism.

On Tuesday, she missed a chance to set things right by sinking even deeper into this cesspool of opportunistic nonsense she has gotten herself into. The opposition accused her of attacking artists’ right to free speech, a claim which she predictably denied. Never mind the fact that a group of artists have now written a letter demanding an apology which they’re afraid to sign with their full title for fear that their grants and subsidies will take an axe job. (You may support their effort by sending an email with only your name on it at this address before Wednesday: lettrealaministre@gmail.com).

I hope that people can look at the response she gave at the National Assembly, see past the demagoguery and the spin to realize how profoundly inadequate her answer to the incoming criticism is. This is what she said: “We have all seen student protests which, SOMETIMES, have led to disgraceful scenes, scenes of intimidation, scenes of which the media were witnesses and images that have been broadcast on television. These ways of doing things are inadmissible, and that’s what I meant to say when I spoke of the red square.” I wouldn’t dare claim to know what she “meant” to say, but I know that’s not what she said.

She went on to say that those who believe in Quebec’s democratic principles would dissociate themselves from the acts of violence and vandalism that have been committed in the name of the students’ cause. Simplistic, but OK, for the purpose of this discussion, I’ll play. It still doesn’t justify her words. It doesn’t explain how they might be true and/or appropriate. It doesn’t validate her bogus claim that the red square is a synonym of support for violence and intimidation (no matter how hard the government tries to portray it as such). It is merely an attempt to distract us from the truth: her response was nothing but a series of shabby rhetorical gymnastics designed to mitigate the astonshing lack of nuance of her original words while weaseling out of the obligation to apologize.

Well, this is one blog she has not fooled. Her dilemma remains whole. She can admit that her words overstepped the boundaries of her thoughts, which happens to all of us every once in a while, and apologize. If she didn’t mean what she said, she must apologize. Her words are too serious. The only other choice is for her to reiterate her original words, in all their cynicism, bad faith and intellectual laziness. It’s one or the other, black or white. In this regard, she is getting a taste of her boss’ medicine.

An overwhelming majority of the artists Christine St-Pierre’s ministry oversees supports the students. This fact does not mean she should be forced to agree with said artists, but it should serve as an incentive not to insult their intelligence or that of the general population, for that matter.

Un regret

Je me rendais chez ma mère, car nous allions me fêter au restaurant en début de soirée. Et je voulais juste avoir un peu de fun. Et… timeout. Je n’écris ceci ni pour me justifier, ni pour inspirer une quelconque pitié, ni pour faire en sorte que quelqu’un se sente coupable. À vrai dire, je crois que si mon intention était de générer ce genre d’émotion, le plan se retournerait contre moi. Non, je le fais parce que j’ai besoin de le faire et parce que j’en ai parlé avec la famille, mais ça ne suffit pas. Depuis le début de la démarche étudiante pour protester contre la hausse des frais de scolarité, j’ai fait mon effort de guerre et je n’avais aucun regret. Jusqu’à aujourd’hui.

Mais commençons par le début. Il me faut admettre d’emblée quelque chose. Je me contrecrisse profondément du Grand Prix. Pas parce que la police agit parfois en fier-à-bras avec les manifestants contre la hausse des frais de scolarité et la loi 78, pas parce que c’est un contexte idéal pour la prostitution de luxe (je n’approuve pas, mais si vous pensez que ça n’arrive qu’au Grand Prix…), pas non plus parce que j’en ai contre les pitounes en bikini qui accompagnent systématiquement l’immense appareil promotionnel du GP, pas non plus parce que c’est un sport de riches et/ou un symbole du capitalisme, pas parce que Bernie Ecclestone m’est plus antipathique qu’un chauffeur d’autobus bougonneux à 6h30 du matin, pas même parce que Jacques Villeneuve s’est ouvert le clapet alors qu’il aurait dû se garder une petite gêne. Je m’en balance parce que je trouve la F1 emmerdante depuis un bon bout de temps.

Il est vrai que d’habitude, je me laisse un peu emporter par la fièvre du Grand Prix: je prends un bain de foule parmi les touristes, je fournis des indications à des Italiens ou des hispanophones qui sont tout étonnés de voir que je parle leur langue, je me rince un peu l’oeil grâce à la quantité stupéfiante de jolies demoiselles qui débarquent à Montréal pour la fin de semaine, bref, vous me comprenez. Mais cette année, comme plusieurs, j’ai moins le coeur à la fête. Et soyons clairs: c’est aussi L’Euro 2012 de soccer en ce moment, et je suis des milliers de fois plus intéressé par cela que par la F1. Alors, pendant que la ville se préparait pour la course, je suis allé regarder le match Italie-Espagne avec mon père dans un bar sportif italien. Good times!

Au retour, je tombe sur le statut Facebook du désormais populaire Gaétan Maudit. Il met en ligne un lien qui mène à un article paru dans Le Devoir. Je lis l’article et suis consterné lorsque je le termine. Comme ça, au GP, on fouille et on interroge les gens qui daignent se pointer sur l’île avec le carré rouge. Je ne reproduirai pas ici les propos des policiers rapportés dans cet article. On y voit un cocktail explosif d’ignorance et de “power trip”, rappel que cette crise semble faire ressortir le meilleur et/ou le pire de chacun d’entre nous, et qu’on peine à trouver le juste milieu. Donc, je refuse de citer ces zoufs (cependant, l’article du devoir constitue une lecture nécessaire pour tous et chacun; voici le lien: http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/352102/recit-d-un-petit-voyage-en-metro-avec-un-carre-rouge)

Curieux, quand même, de voir comment la perception et la soi-disant signification du carré rouge a évolué au fil des derniers mois. Aux yeux des gros cerveaux, tels que notre Ministre de la Culture Christine St-Pierre qui, par l’absurdité de ses propos envers Fred Pellerin, fait à la fois honte à la profession pour laquelle je suis formé et qu’elle a exercée (le journalisme) et à son statut de ministre, le carré rouge a fait tout un bout de chemin. Il a commencé comme symbole de désaccord avec la hausse des frais de scolarité. Il est ensuite devenu une expression de soutien à la violence et à la désobéissance civile. Enfin, depuis aujourd’hui, son simple port représente en soi un acte de désobéissance civile. Pas mal pour un morceau de feutre.

Ce ne serait peut-être que matériel à satire portant sur la bêtise humaine si ce n’était que de considérer le port du carré rouge comme étant en soi de la désobéissance civile n’est pas seulement bête, mais également dangereux. Nous sommes confrontés au côté obscur de la loi 78: celui qui inverse le fardeau de la preuve et donne aux policiers le pouvoir d’associer la culpabilité à un geste qui ne la prouve aucunement. Quand bien même qu’on voudrait dire que le carré est un acte de désobéissance civile au même titre que les actions de certains de ceux qui le portent, penser ainsi relève de la plus pure absurdité, et les conséquences de ce choix sont sinistres. On traite en criminels des gens qui ne sont coupables que d’avoir exprimé leur désaccord avec une politique gouvernementale par le biais du port d’un morceau de feutre. Au Québec, c’est quelque chose qui m’est extrêmement difficile à accepter.

J’ai rencontré la fille d’Amir Khadir une fois, peut-être deux, mais je suis bien plus familier avec son copain (nous sommes collègues de travail), qui a été arrêté avec elle. Si ces deux-là et les autres qui ont été arrêtés la semaine dernière ont commis des actes criminels, loin de moi l’idée de suggérer qu’ils puissent se servir de la cause pour justifier ces actions. Sauf qu’au Grand Prix, nous avons franchi une ligne. Arrêter quelqu’un pour les méfaits dont sont accusés ces gens, c’est une chose. Attribuer à quelqu’un une intention en se basant sur une patente qu’il attache à son T-Shirt en est une autre. Le mot “arbitraire” ne suffit plus à faire le travail ici. D’ailleurs, quelqu’un qui aurait vraiment voulu foutre la merde n’aurait de toute évidence qu’eu à se présenter sans carré rouge pour éviter une cavalerie de sécurité trop occupée à se payer des power trips aux dépens d’innocents qui le portaient. Qu’on se le tienne pour dit: y a du monde “wise” en sale dans la bâtisse.

Mais bon, j’en reviens à mon expérience de Grand Prix, et à mon regret. Je mets bien sûr mon carré, la lecture de l’article du Devoir me donnant une motivation supplémentaire, pas que j’en avais besoin. J’étais déjà assez crinqué. Je prends le métro près de chez mon père à Beaubien, question de transférer sur la ligne verte à Berri. Je sais que ce ne sera pas complètement smooth à Berri. Je repasse les conseils de mon père dans ma tête: “Réponds aux questions. Reste poli. Et surtout, ne sors pas ton sarcasme” (chose que j’ai tendance à faire quand je me fâche). Je me répète ces sages parole en chemin. Je ne pourrais pas dire ce que j’écoutais comme musique.

À Berri, je me dirige vers l’endroit qui mène à la ligne jaune si on continue et à la ligne verte si on tourne à droite vers le quai. Quelques agents me fixent comme un lépreux avant qu’un d’eux ne m’arrête. “S’cusez, monsieur.” Les pensées déferlent dans ma tête, sans arrêt. Des trucs du genre de “je ne pensais jamais pouvoir comprendre comment se sentaient les Arabes aux aéroports américains après le 11 septembre. J’avais tort.” Soucieux d’éviter un de ces fameux “moments où j’aurais dû farmer ma yeule”, je respire. L’agent me questionne:

Agent: Vous avez quoi dans vos sacs? (J’en avais deux avec moi.)

Moi: Dans celui-ci, j’ai mon laptop, quelques livres et mon parfum. Dans l’autre, j’ai du linge. Vous pouvez regarder. (Dans ma tête: “s’il fouille mon sac de linge et qu’il me laisse tout ramasser, je lui crisse mon poing s’à yeule.”)

Agent: Et vous allez où, monsieur?

Moi: (Reste cool. Il est chill pour l’instant.) Chez ma mère, c’était ma fête jeudi, donc la famille me fait un petit souper de fête ce soir.

Agent: Et vous allez dans quelle direction?

Moi: Pie-IX.

Agent: C’est beau, allez-y.

Pendant que je parlais à l’agent de police, un jeune qui devait friser la vingtaine sort du métro que j’aurais attrapé si l’agent ne m’avait pas interpellé. Pas de sac, ni rien. Juste des gougounes, des shorts cargo et un carré rouge sur son t-shirt. Il se dirige vers la ligne jaune. Quelques agents montent dans l’autre sens. Fin d’après-midi, le GP achève, la sécurité se déplace, je suppose. Ils l’arrêtent pour l’interroger. Ça dure. Pendant ce temps, mon policier me laisse aller. Ils continuent d’interroger le kid. Je commence à frustrer. Les répliques déferlent dans ma tête, du genre: “Check, du con, tu la vois où, sa banière? Il ne se l’est pas cachée dans le cul, quand même.!”

Le métro se fait attendre. Maudit service de dimanche! Et les boeufs n’ont pas encore crissé patience au kid. Me niaises-tu? Ça fait genre cinq minutes. Je me sens changer de couleur. Dans ma tête: “Écoute, 3 de quotient, en général, quand quelqu’un veut perturber un événement, ça marche mieux de le faire AVANT que l’événement soit terminé! Il va aller écoeurer qui, là? Le clean-up crew?”  Le métro arrive, toujours pas de paix pour le kid. Dans ma tête: “Eille, gros cave, question pour toi. Quand la grève sera finie et que tu ne pourras plus te faire de power trips sur le dos des jeunes, sur le dos de qui tu vas te les faire? Ta femme ou tes enfants?”

J’ai frôlé d’aller les engueuler, mais je me suis fait violence et suis rentré dans mon métro. Une fois en route, je m’en voulais. Je peux rationnaliser ma décision de mille et une façons. Qu’est-ce que j’aurais fait, à part risquer de me mettre dans la merde pour rien? Ils n’ont pas le gros bout du bâton, ils ont le bâton. Je ne sais même pas de quoi ils parlaient au kid. Ils ne font que suivre des ordres, qui viennent d’en haut. Ils sont probablement aussi exaspérés que moi, etc.

Je suis de ceux qui pensent que tous ont scandé certains termes un peu facilement au cours de ce conflit. Jusqu’à dimanche, j’aurais inclus “état policier” dans cette liste. Mais ce que j’ai vu dimanche, ce que j’ai entendu, ce que j’ai lu s’apparente à cela. Qu’on ne me parle pas de loi après ce transparent exercice de profilage. Qu’on ne me parle pas d’ordre lorsque le port du carré rouge peut entraîner des représailles de la part de la police. Ce n’était peut-être qu’une affaire de 24 ou de 48 heures. Ce n’était peut-être limité qu’à l’espace occupé par le Grand Prix. Peut-être qu’à partir de lundi, le conflit étudiant redeviendra strictement une affaire québécoise. Peut-être qu’à partir de lundi, les policiers recevront l’ordre d’y aller plus molo. Reste que dimanche, Montréal était comme je ne l’avais jamais vue. Les Liza Frulla de ce monde nous diront que ceux qui ont choisi de profiler ainsi les porteurs du carré rouge préfèrent se faire reprocher de prendre trop de précautions que pas assez. Ils nous ressortiront la rengaine selon laquelle il faut défendre “notre Québec”. Sauf que dimanche, “notre Québec” était introuvable à Montréal.

Et c’est pour cela que, bien que capable de rationnaliser de plusieurs manières différentes ma décision de ne pas jouer au kamikaze et de ne pas aller me mêler de la discussion entre ce kid qui ressemblait à mon petit frère et les policiers, je suis incapable de ne pas la regretter. Malgré qu’un tel choix eût été suicidaire et probablement futile, je ne peux me débarrasser de cette impression que d’apostropher ces policiers aurait été un acte de défiance, comme l’était le choix de porter le carré rouge dimanche, et que cela aurait représenté une volonté d’assumer mes convictions. Mais je ne l’ai pas fait. Parce que mes parents auraient été inquiets si des conséquences quelconques s’en étaient suivies. Parce que ma grand-mère l’aurait été aussi. Parce que j’avais beaucoup à perdre et très peu à gagner. Mais aussi parce que… eh bien… je me rendais chez ma mère, car nous allions me fêter au restaurant en début de soirée. Et je voulais juste avoir un peu de fun.

Create a free website or blog at WordPress.com.